Genèse d’un logo

Genèse d’un logo

Les logos ont souvent un sens (voire plusieurs), et c’est le cas de celui d'[ermin]. Retour en images sur la gestation d’un logo.

Au départ, il y avait un nom

L’hermine est l’un des symboles de la Bretagne depuis le XIVe siècle. La légende (mais ce n’est qu’une légende) veut que la duchesse Anne de Bretagne, au cours d’une partie de chasse, poursuivait une hermine, tout de blanc vêtue (l’hermine, pas la duchesse). L’animal s’est retrouvé acculé entre les chasseurs et une mare de boue. Le mustélidé a refusé de traverser la flaque. Plutôt la mort que la souillure. En latin : Potius mori quam fœdari. C’est la devise de la Bretagne, que l’on peut aussi traduire par : « Plutôt mourir que trahir ».

Cette petite histoire évoque un peu mon état d’esprit. « Si ce ne tend pas vers la perfection, alors ce ne sera pas. »

Puis une manière de l’écrire

Après m’être souvenu de cette histoire, je me suis interrogé sur les manières d’écrire le nom de l’animal. Hermine s’écrivait autrefois ermine, sans le h, voire ermin, sans le e final. Avec une telle orthographe, la prononciation serait mise à mal. On serait bien tenté, en lisant un tel enchainement de lettres, de prononcé « ermain ».

La prononciation de noms peu courants ou bien inventés par leurs auteurs est un sujet qui m’amuse beaucoup. Prenons le titre de mon premier roman, Orlenian. Beaucoup de personnes nasalisent le a pour donner le son « an », comme dans « grand ». En réalité, Orlenian, se prononce [ɔrlɛnian], avec le son « ane » à la fin, comme dans « âne » (ou « Anne », pour rester dans le sujet).

Avec ce logo, j’ai voulu faire un clin d’œil à la prononciation des noms propres, en ajoutant des crochets, pour rappeler les transcriptions phonétiques. En réalité, [ermin] ne transcrit pas réellement la prononciation du mot hermine. En fait, la première version du logo ressemblait à ça :

Le résultat ne me satisfaisait pas. Notamment, le R inversé me faisait plutôt penser aux pays de l’Est qu’à la Bretagne, et je craignais des hésitations sur la prononciation du nom (un comble !).

Et des ajustements graphiques

Pour évoquer davantage la Bretagne (et notamment son drapeau), où je suis localisé, j’ai ajouté des bandes noires horizontales sur chaque côté. Si vous avez un peu d’imagination, vous pourrez aussi y voir les griffes de l’hermine.

Je me suis rabattu sur notre alphabet latin traditionnel, pour une meilleure lisibilité. J’ai d’abord tenté de mettre le tout en capitales :

Puis le tout en bas-de-casse :

Dans la foulée, j’ai ajouté un arrière plan, avec un effet dégradé gris-blanc.

Le slogan devait tout d’abord prendre la même largeur que le mot « ermin » et se trouver entre les empattements inférieurs des deux crochets. Pour une meilleure lisibilité, j’ai choisi d’agrandir ce slogan, en ajustant la taille des caractères et en augmentant l’espacement entre les lettres. J’ai également supprimé la capitale initiale, préférant donner une impression d’équilibre graphique, et d’harmonie avec l’absence de capitale sur ermin. Le logo respecte ainsi une certaine symétrie et pourrait s’inscrire dans un triangle isocèle.

 

Crédit photo : « Mustela erminea » par Steven Hint, CC BY-SA 3.0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer