Imprimer un livre plus grand pour payer moins cher

Imprimer un livre plus grand pour payer moins cher

Livres ouverts

On pour­rait croire – et l’histoire de l’imprimerie nous don­ne­rait rai­son – que les livres les plus petits sont les moins chers. Plus petits par le for­mat, j’entends. Un livre de poche est moins cher que le même livre dans un for­mat plus grand. Le texte est pour­tant aus­si long, me direz‐vous. En effet, mais l’édition d’un livre de poche coûte moins cher, et ce pour plu­sieurs rai­sons :

  • le texte est impri­mé dans une taille de carac­tère plus petite pour gagner de la place
  • le papier, la cou­ver­ture et la reliure sont sou­vent de moins bonne qua­li­té.

Dans le cas de l’impression à la demande, ce prin­cipe ne se véri­fie pas. Choi­sir un petit for­mat ne ren­dra pas for­cé­ment votre livre moins cher. Au contraire. Intéressons‐nous aux deux lea­ders sur le mar­ché de l’impression à la demande : KDP et Ingram­Spark.

KDP, la constance pour maître‐mot

Chez la filiale d’Amazon, le rap­port entre taille et prix est com­plè­te­ment absent. Que vous impri­mez un livre de 300 pages au for­mat 5x8 po (12,7 x 20,32 cm) ou au for­mat A4 (21 x 29,7 cm), cela vous coû­te­ra exac­te­ment la même chose (à carac­té­ris­tiques iden­tiques, bien sûr).

Chez Ingram, seulement 2 prix différents

L’imprimeur à la demande Ingram­Spark, aus­si connu sous le nom de Light­ning Source, pro­pose un panel de com­bi­nai­sons de papiers, tailles, type de cou­ver­tures beau­coup plus large que KDP, même si l’on est encore loin de ce que pro­posent les impri­meurs tra­di­tion­nels. Je me suis inté­res­sé à Ingram de près lorsque j’ai sou­hai­té impri­mer un livre à cou­ver­ture rigide sans que cela n’alourdisse le prix du livre de manière rédhi­bi­toire. À l’époque, je ne m’étais guère inté­res­sé au rap­port entre le prix et le for­mat du livre, sup­po­sant qu’il y en avait un. J’avais sim­ple­ment pris la taille la plus grande, car je sou­hai­tais un livre de grande taille.

Il y a quelques jours, j’ai vou­lu com­pa­rer véri­fier si j’avais fait le bon choix, voir quel était le for­mat le moins oné­reux à carac­té­ris­tiques iden­tiques. Il était tout à fait pos­sible en effet que l’un des for­mats revienne à moins cher que les autres, sans que ce soit for­cé­ment le plus petit for­mat.

Je ne m’attendais pas du tout à ce que j’allais trou­ver. Pour un livre de 300 pages cou­leur, à la cou­ver­ture rigide, du papier 70 lb, voi­ci les tarifs atten­dus, en euros, frais de ports vers la France inclus :

For­mat (en pouces)
Prix pour 1 exem­plaire Prix pour 10 exem­plaires Prix pour 20 exem­plaires
5x8 17.73 124.53 236.73
5.5x8.5 18.29 124.53 236.73
A5 18.41 124.53 236.73
6x9 18.89 124.53 236.73
6.14x9.21 19.10 124.53 236.73
6.69x9.61 22.9 156.03 299.97
7x10 23.37 156.03 300.91
7.5x9.25 23.32 156.03 300.81
8x8 22.87 156.03 299.92
8x10 24.20 156.03 302.56
8x10.88 24.79 156.03 303.72
8.25x10.75 24.92 156.03 303.99
8.5x8.5 23.56 156.03 301.28
8.5x11 25.32 156.03 304.78

Ce tableau montre qu’il n’y a en réa­li­té que deux tarifs : un pour les livres dont le for­mat oscille entre 5x8 et 6.14x9.21, et un autre pour ceux dont le for­mat est com­pris entre 6.69x9.61 et 8.5x11.

Des caractéristiques au choix de l’éditeur

Bien enten­du, comme nous le lais­sions entendre au début de cet article, le for­mat du livre ne jus­ti­fie pas à lui seul son coût : le type de cou­ver­ture, l’impression cou­leur, le type de papier sont des carac­té­ris­tiques à prendre en compte.

Chez KDP, notons que les seuls élé­ments ayant une inci­dence sur le coût de l’ouvrage sont :

  • le nombre de pages,
  • le choix entre impres­sion couleur/noir et blanc.

Chez Ingram, les tarifs seront dif­fé­rents en fonc­tion :

  • du nombre de pages,
  • du choix couleur/noir et blanc,
  • du type de cou­ver­ture choi­si (rigide/souple),
  • du type de papier choi­si,
  • du pays de des­ti­na­tion.

2 réponses

  1. Très inté­res­sant. Je n’ai jamais tra­vaillé avec Ingram. Je me demande si pour une cou­ver­ture rigide et un livre de qua­li­té, il n’est pas inté­res­sant de tra­vailler direc­te­ment avec un impri­meur local qui tra­vaille en numé­rique. Je devrais en faire l’expérience cette année.

    • ermin dit :

      Peut‐être qu’un impri­meur local pro­po­se­rait des tarifs plus inté­res­sant, j’avoue que je n’en sais rien du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer